Alors que certains continuent de s’équiper de logiciels pour digérer leur « big data », beaucoup d’entreprises commencent à sentir le vent tourner en se sensibilisant à une autre forme de collecte, sonnant ainsi le glas des stratégies marketing traditionnelles. Beaucoup plus étique et responsable, le « permission marketing » ou marketing choisi en français colle parfaitement aux attentes des utilisateurs. On pourrait presque parler de « marketing bio » … Oui, il s’agit bien là d’un lâcher prise, qui fait gagner même si c’est difficile de l’accepter.

Plus qu’une tendance, un changement profond

1. Tout le monde fuit la communication commerciale

Le niveau de tolérance des consommateurs n’a jamais été aussi bas. Ils sont de plus en plus distants vis à vis de la communication commerciale. Au delà d’être souvent sans effet, elle agace vos clients et vos prospects, les éloignant finalement de votre objectif initial. Pire, vos utilisateurs s’équipent de moyens pour échapper au discours publicitaire à coup d’AdBlockers ou de stickers anti-pub sur les boîtes aux lettres.

 

2. Un temps de cerveau disponible réduit

Nous sommes tous des zappeurs : devant une télévision ou notre radio, devant un fil d’actualité Facebook, ou dans notre voiture en écoutant la radio. La consommation d’informations et de contenus est totalement fragmentée, réduisant ainsi l’attention des consommateurs au minimum. Le contrôle des messages bascule inexorablement entre les mains du consommateurs. Désormais, c’est lui qui choisit ce qu’il a envie d’écouter, de lire, de voir …

 

3. RGPD : un nouveau texte qui change tout

Plus besoin de présenter le nouveau Règlement sur la Protection des Données Personnelles. Une chose à retenir : les marques doivent désormais recueillir le consentement de leurs utilisateurs avant de bouger le petit doigt.

La fin du marketing de masse

Les marques doivent apprendre à parler le même langage que leurs multiples communautés qui composent leur « target ». Un rééquilibrage entre la communication push (celle diffusée vers le consommateur) et pull (celle qu’il va chercher) s’avère aujourd’hui plus que nécessaire. La communication doit muter vers un modèle plus responsable, en phase avec les attentes des clients : elle doit être disponible là où le consommateur s’informe au lieu de lui imposer.

Face à ce nouveau contexte, que faire pour être la marque écoutée et désirée, celle qu’on a envie d’aller chercher ?

 

1. Proposez plus de choix qu’un simple « OUI / NON »

Et si vous proposiez plus de possibilités à vos interlocuteurs ? Sandra, mère de famille, acceptera peut-être plus volontiers d’être appelée le mercredi après-midi ? Jules acceptera peut-être votre newsletter si vous lui composez un digest une seule fois par mois ? En permettant à vos clients de gérer la pression publicitaire qu’ils subissent, ils vous laisseront sans doute une première chance !

2. Fini les cachoteries, dites en un maximum !

Optez pour la transparence en dévoilant ce que vous faites des données, avec qui vous travaillez, les mesures de protection que vous avez mises en place, les engagements que vous prenez qui vous différencient des autres. Au delà d’être obligatoires, ces petits détails font aujourd’hui la différence dans un monde où les fuites et violations de données sont de plus en plus fréquentes.

 

3. Enterrez vos « dark patterns », assumez vos « opt-out » !

La notion de dark UX ou de dark pattern fait référence à des pratiques de design d’interfaces considérées comme non éthiques et destinées à obtenir l’action recherchée de la part de l’utilisateur. Qui n’a pas déjà eu cette désagréable impression qu’on lui « forçait » un peu la main pour conclure un achat ou adhérer à une assurance ou un service complémentaire sur le web ? Au final, ces pratiques ne font que renforcer la méfiance de vos utilisateurs à votre égard. Regardez la vérité en face : un prospect qui refuse d’être démarché n’est pas forcément un « non-client ». Il y a sans doute des milliers de personnes qui utilisent vos services sans être dans vos bases de données marketing. Voyez plutôt le bon côté des choses en respectant leur choix : cela vous coûtera aussi moins cher !

4. Apportez des conseils, des vrais !

L’époque des vendeurs de rêves est désormais révolue. Les prix barrés dans les newsletters ne font plus rêver grand monde. Les promotions, vos clients viendront les chercher sur votre site ou dans votre magasin. Ce qu’ils attendent, ce sont des conseils d’experts, des témoignages, des interviews … bref du contenu qualitatif. Au lieu d’embaucher des data analysts, embauchez plutôt des rédacteurs – des graphistes ou des producteurs.

 

5. Surveillez régulièrement votre pression publicitaire.

L’omniprésence publicitaire crée le sentiment désagréable d’être matraqué de messages à force de sollicitations. Pour éviter d’agacer, nous vous conseillons de prêter une attention particulière à vos désabonnements. Si la courbe grimpe en flèche, c’est que vous devez lever le pied !

Le monde se divise en 2 catégories de marques

Les marques vont se diviser en 2 clans : Il y aura celles qui continuent de penser que, pour connaître le client, il faut regarder par-dessus son épaule, et de l’autre les marques qui comprennent qu’à l’avenir le marketing se fera avec des clients qui acceptent de se faire bien connaître. De quel côté serez-vous ? Aurez-vous vraiment le choix ? Chez Axeptio, on vous conseille bien évidemment de vous habituer au plus vite à ces nouvelles pratiques. Et pour commencer du bon pied, allez voir du côté de nos encarts.


Also published on Medium.