Ce n’est pas un scoop, le RGPD a changé beaucoup d’habitudes dans les pratiques Marketing des entreprises. Pourtant, le démarchage par voie postale n’a pas évolué depuis la loi de 1978 dite « Informatique et Liberté ». Pourquoi changer une équipe qui gagne ?

Best Practice #1

Le droit à l’information tu respecteras.

A l’inverse de ses confrères « emails », les « courriers postaux » n’ont pas besoin de consentement. En revanche, pas question d’envoyer des prospectus par la poste à leur insu. C’est le droit à l’information qui s’applique ! Si aucune « best-practice » n’est donnée dans le canal d’information, c’est très certainement parce que ça n’a aucune importance. Tant que le client est informé de la réception d’un courrier promotionnel au moment où il le reçoit, son droit à l’information est respecté.

Best Practice #2

Le droit d’opposition tu intègreras.

Le client est roi et l’utilisateur aussi. Vous devrez donc veiller à ce qu’il soit en mesure de s’opposer à la réception de courriers. S’il applique son droit d’opposition, il est obligatoire de respecter son choix. Et de le faire dans les meilleurs délais.

 

Attention ! Prendre ces exigences à la légère pourrait très gravement nuire à la santé de votre compte bancaire !

750 euros par lettre expédiée et jusqu’à 300 000 euros d’amandes. Voilà qui dissuade ! Demander le consentement des utilisateurs en utilisant Axeptio et faire des campagnes de mailing, ce n’est pas seulement bon pour la planète !

 

Bonne mise en conformité à tous !